Exposition « Jeux[suis]nature »

« Jeux (suis) nature » permet d’encourager les projets dédiés à la nature, la flore, les sites naturels avec les métiers d’art.

Parler des métiers d’art, c’est mettre en avant la matière première qui nous entoure : la passion. Passion des matériaux, des gens qui l’entourent, du temps qui passe, de rencontres de mondes opposés et parfois complémentaires. Bref, la passion qui existe entre le respect de la nature et la maîtrise d’un savoir-faire.

Cette exposition souhaite valoriser le travail de la matière et la relation qui existe entre le geste et le respect de la nature. Les 281 métiers qui constituent la liste des métiers d’art sont liés directement ou indirectement aux ressources végétales ou minérales que nous offre notre planète.

 

Exposition à découvrir du 13 octobre au 30 décembre 2018 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Exposition « Festival OFF »

En marge du Festival Photo La Gacilly, La Passerelle  vous invite à découvrir le travail de 2 photographes locaux :

– Alain EPAILLARD – « Cuba Rural »
– Sylvain DURAND – « Cairn de Gavrinis »

Affiche de la nouvelle exposition Festival OFF à La Passerelle à La Gacilly

Exposition photographique « Festival OFF » du 2 juin au 30 septembre à La Passerelle à La Gacilly.

A découvrir du lundi au dimanche de 10h30 à 18h30.

Exposition « Horizons lointains »

La dernière exposition à découvrir à La Gacilly…

Pour Victor Hugo, l’horizon souligne l’infini et dans cette exposition, nos quatre artistes vous invitent à la découverte d’horizons lointains au travers de leurs œuvres. Les pièces exposées vous entraînent dans des voyages lointains, qu’ils soient réels ou imaginaires.

Exposition à découvrir du 24 mars au 20 mai 2018 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Caroline Basuyau, artiste coloriste, profondément inspirée par la Polynésie vous propose un voyage plein d’exotisme dans des paysages imaginaires, peuplés d’animaux multicolores.

La nature est souvent si surprenante qu’elle inspire à l’infini. Sandrine Ramona est plus particulièrement attirée par le végétal. Elle vous présente une série de pièces en porcelaine, technique qui joue sur la légèreté et la luminosité.

Brigitte Desault interprète la beauté des paysages naturels et sauvages, en s’inspirant de photos glanées au cours de différents voyages. Ses tableaux réalisés au pastel sont très colorés et presque
surréalistes.

Alain Épaillard, quant à lui, apporte un autre regard sur la campagne et les villages de Cuba, pays qu’il a découvert en 2012. De ce voyage, il vient vous faire partager ses instantanés naturels et hors du temps.

L’horizon vous aspire vers le lointain, promesse d’un inaccessible ailleurs.

Exposition « Regards au féminin »

La dernière exposition à découvrir à La Gacilly…

Quatre artistes, quatre femmes qui, à travers des ambiances mystérieuses, urbaines ou naturelles, exposent leur réalité.

Exposition Regards au féminin à La Passerelle à La Gacilly

Exposition à découvrir du 13 janvier au 11 mars 2018 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Catherine Brigliadori nous transporte dans l’univers de la mode, de la féminité et nous offre des portraits d’une grande délicatesse, hauts en couleur. Par son regard qui porte plus loin que
la surface des choses, elle nous présente des femmes immergées dans des univers différents, ornés de détails stylistiques, floraux et pailletés.

A travers la représentation de nus, féminins principalement, Chantal Molinié-Jonquet cherche à saisir la forme dans l’instant pour transcrire le frémissement de la vie. Ses pièces en bronze
inscrivent les œuvres dans la durée et leur permettent d’échapper à la dégradation inéluctable liée au passage du temps.

Catherine Bertaud se plait à nous surprendre, avec un travail graphique d’une grande précision, tout en finesse, qui joue avec nos sens. Ses silhouettes statiques et déstructurées éveillent la
curiosité et stimulent l’imagination de chacun en offrant au regard ce qui n’est pas montré.

SoiseM, quant à elle, crée des univers forts et singuliers, de couleurs chatoyantes. Ses personnages marionnettisés et robotisés dans leur forme sont pour l’artiste une façon de mettre en exergue,
avec cette subtilité qui lui est propre, les travers de notre société moderne.

Laissez votre regard vous transporter dans ces univers féminins.

Exposition « Empreintes »

Accompagner la matière, l’aider à prendre forme pour mieux l’embellir.

C’est ce que font tous les artisans d’art chaque jour pendant des heures.

Nous regardons, admirons ces œuvres offertes par ces créateurs, avec pour signature l’impression de leurs mains délicatement et précieusement posées sur ces objets. Les oeuvres, naissant de leurs pratiques d’exception, ont une trace. Celle du temps passé, de l’engagement, de la patience et de la douceur. Toutes les productions sorties des ateliers sont imprégnées de leur passion où leurs gestes, empreintes sensibles, s’y dévoilent.

A découvrir du 14 octobre au 30 décembre 2017 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.
Fermé le 24 et 25 décembre.

LISTES DES ARTISTES PARTICIPANT :
Julien LACHAUD, ébéniste créateur ;
Dans ses créations, Julien Lachaud donne du dynamisme, des formes inattendues, et travaille avec des éléments inexplorés dans l’ébénisterie.
Philippe ROY, sculpteur ;
Philippe Roy dompte le béton et il s’oriente sur des pièces monumentales, accompagnées du travail de l’inox.
Doninique LE MERDY, créatrice ;
Dominique Le Merdy travaille les chutes de dentelle mécanique, inexploitées jusqu’alors. 
Alain GUIOT, sculpteur et créateur d’objet de décoration en béton ;
Jeong HEE, créatrice de bijoux contemporains ;
Juliette LANGLET, artiste vitrailliste ;
Fabienne MALHAIRE BOULANGER, artiste peintre du relief ;
Philippe MIENNEE BINDER, typographe, sérigraphe ;
Caroline WORNER, céramiste-plasticienne.
Roselyne MONTASSIER CORMIER, sculpteur ;
Aloïse POTIRON, plasticienne ;
Chloë QUIBAN, artiste vitrailliste ;
uuLzaLt : Avec
– Claire ALBRECHT, productrice et directrice artistique ;
– Sarah GOLBERG, céramiste.
Association Terre de Création : Avec
– Marthe ROUGIEUX, enlumineur et calligraphe ;
– Jean-Pierre COASNE, graveur et lino-graveur ;
– Marina LE DORNER, relieur médiéval et classique ;
– Anne LEROUX, céramiste et laqueur.

 

 

Exposition « Frontières intimes »

Quand 4 artistes nous interpellent sur la relation entre monde intérieur et monde extérieur…

A découvrir du 25 mars au 14 mai 2017 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Les frontières organisent, délimitent, circonscrivent, séparent les relations. Elles dessinent des
territoires codés. Nous vous invitons à entrer, traverser, vous arrêter, vous confronter, échanger, interagir,
à passer vos barrières. Vous autorisez-vous à expérimenter dans ce lieu ?

Marie-Hélène RABALLAND s’inspire de toute chose qui la touche et évoque chez elle de l’émotion. Un
voyage, un concert, son pays d’origine et ses traditions, de la musique, une personne… se transforment
en images qu’elle reproduit au crayon de bois ou au fusain sur une toile. Et c’est là qu’entrent en scène
les couleurs. Chacune d’elles prendra la place d’une ombre et petit à petit, le dessin en noir et blanc se
transformera pour devenir lumière. Et vous, de quelle couleur voyez-vous la vie ?
Pour SCENoCoSME, l’œuvre existe et évolue grâce à l’action des spectateurs. Grégory Lasserre et
Anaïs met den Ancxt explorent les relations énergétiques invisibles que nous entretenons avec l’autre. En
rendant audible et lumineux ce qui échappe à notre perception, ils nous rappellent que notre environnement
est fait non pas de choses inertes, mais vivantes et réactives à notre aura biologique. où placerez-vous vos
barrières, devant l’illusion d’une réalité déformée ? Oserez-vous vous rapprocher de l’inconnu ?
Guy TERRiER nous propose des toiles aux cadrages souvent cinématographiques. il privilégie la mise en exergue du contexte dans lequel s’inscrit un sujet, plus que le sujet lui-même. Ce travail est fortement présent dans ses représentations de la vie urbaine, où se retrouvent conceptualisés oppression et sentiment de solitude. Quand des personnages colorés semblent traverser un monde incertain, l’artiste explore la relation de l’individu à la communauté, et nous invite à méditer sur les frontières qui nous traversent…

Exposition « Fibres sensibles »

3 artistes s’approprient des fibres, les transforment, les re-travaillent, leurs mains au service d’un imaginaire en liberté…

A découvrir du 14 janvier au 12 mars 2017 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Exposition Fibres sensibles à La Passerelle à La Gacilly

De l’une… à l’autre

Lundi, corps et âmes ont quittés La Passerelle… Emballage des œuvres, accueil des artistes, adieux à nos pensionnaires de ces deux derniers mois… Puis déplacements de vitrines, décollages des cartels et des textes, pour faire place à une nouvelle exposition, et donc à une nouvelle scénographie!

Mercredi matin, mise en place du texte de présentation de l’exposition :

20160316_100320

Aujourd’hui jeudi, les toiles de Roberto Lamaille ont pris place dans l’espace… mais là, nous vous réservons la surprise ! Pour aujourd’hui, vous n’aurez que l’affiche !

affiche racines et origines

#broceliande

Plus que quelques jours…

Les Daphné, Lou, Sarah, Céleste, Garance, Appoline, Mathurine, Ninon, Sofy, Johanne, Emilie, Floriane, Audrey… vont bientôt nous quitter et rentrer chez elles. Vous avez encore jusqu’au dimanche 13 mars pour venir à leurs rencontres. Rappel des horaires d’ouverture: mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 14h 00 à 18h 00.

Et vous pourrez, au passage sur le chemin des Libellules, dans nos salles d’ateliers, découvrir aussi les œuvres réalisées par les élèves de cycle 3 du réseau des écoles privées du territoire.

Ci-après des statuettes fil de fer alu et grillage de  l’école Saint-Jugon de La Gacilly, les portraits fil de fer de l’école Sainte Thérèse de Tréal, et la statue colorée de l’école Sainte Thérèse de Glénac.

#broceliande

 

Quels prénoms !

La plupart des œuvres exposées actuellement dans Corps et âmes, portent des prénoms féminins. Nous avons demandé aux artistes pourquoi, comment…

Chez Pomme, nous croisons Lou, Ninon, Céleste, Garance, Sarah, Appoline, et Mathurine…DSC_1659

 

Des prénoms de ses amies, assure Pomme : « les danseuses leurs ressemblent, soit dans leurs expressions de visage, soit dans leurs attitudes ». Il n’y a que « Mathurine » qu’elle ait féminisé, en pensant au fils d’un ami.

Petite Daph+® socle terreIMG_7324

 

Chez Maryline, nous rencontrons Daphné. « Daphné se retrouve dans la mythologie grecque. Elle se transforme en arbre. Mes sculptures réconcilient l’humain et la nature.Ce sont des torses-arbres ». Vous connaissez le Mythe d’Apollon et de Daphné ? Voici l’histoire…

Après avoir tué le Python, Apollon se moque de Cupidon car il l’avait vu tendre avec beaucoup d’effort la corde de son arc. Il lui dit que cette arme ne convient pas à ses bras efféminés. Cupidon, pour le punir, tire une flèche d’or sur lui. En voyant Apollon tomber amoureux de Daphné, il tire alors une flèche en plomb sur la nymphe qui chasse son amour. Daphné n’aimait pas le mariage et elle voulait rester vierge comme Artémis. Son père lui répétait pourtant souvent qu’elle devait se marier pour lui donner une postérité.  Apollon poursuit Daphné. Épuisée par la rapidité de la course, la nymphe arrive au bord du fleuve Pénée. Et Pénée, le dieu du fleuve, est le père de Daphné. Elle demande à son père de la métamorphoser pour être sauvée. A peine a-t-elle prononcé ces mots que sa peau se recouvre d’une mince écorce, ses cheveux se transforment en feuillage, ses bras se changent en branches de laurier, ses pieds prennent racine. Apollon embrasse les rameaux du laurier ; il les couvre de baisers et dit : « Eh bien ! puisque tu ne peux plus être mon  épouse, tu seras du moins l’arbre d’Apollon ». Apollon décide alors que les lauriers de  Daphné couvriront la tête des grands héros.

30112015-GSV_3632Chez Gérald, pas de mythologie mais ses modèles… et ce sont eux, ou plutôt elles, qui donnent les noms à ses sculptures : Emilie, Floriane, Johanne, Audrey, Sofy… Là, le buste d’Audrey, vu de dos.

 

A chacun son inspiration, à chacun sa méthode !