Métamorphoses

Métamorphoses interroge sur le changement et nous invite à porter un regard personnel sur notre monde fluctuant, en perpétuelle (r)évolution. La métamorphose, passage d’un état à un autre, est multiple. C’est une transformation qui peut être vécue de l’intérieur, sur un plan psychique, spirituel, ou être perçue de façon visible par le monde extérieur. Les artistes exposés (Liv Chun, Mich Mao et Rémy Tassou ) abordent ces transmutations plurielles par le prisme de leur univers et par des techniques qui leur sont propre.

 

 

Exposition à découvrir du 23 mars au 19 mai 2019 à La Passerelle – Lieu d’exposition à La Gacilly.
Ouverture mercredi, vendredi, samedi, dimanche de 14h00 à 18h00.

Portrait d’artistes: Rémy Tassou

Le sculpteur Rémy Tassou, inventeur du style « Cybertrash », s’intéresse aux déchets de l’ère électronique. Ses sculptures sont faites à base de composants récupérés sur des machines hors service, irréparables, dépassées ou simplement démodées.

Depuis vingt ans il s’emploie à montrer qu’il existe dans cette complexité technologique une beauté que les générations précédentes ne pouvaient soupçonner. Beauté des composants, de leur formes curieusement imposées par leur fonction et les exigences de la miniaturisation, beauté des matériaux déclinés suivant un code couleur aux variations dictées par les nécessités d’un repérage efficace, beauté secrète du silicium au cœur de ces objets couverts de brevets et gorgés de métaux précieux…

Ses sculptures témoignent du design de notre temps et participent au nécessaire travail de mémoire de cette technologie exceptionnelle qui redessine notre monde et nous conduit à considérer différemment notre planète commune.

Portrait d’artistes: Mich Mao

Mich Mao (Michel Mao) a connu de nombreuses expériences professionnelles et personnelles avant de découvrir la pratique de la sculpture sur bois en 1997. Rapidement, il décide de se consacrer uniquement à l’activité de plasticien. Il a d’abord utilisé des matériaux de récupération. Mais il avait envie de sortir des produits manufacturés, si bien que, depuis une dizaine d’années, il utilise des produits neufs. Il se procure des plaques de tôle, qu’il découpe, soude et galvanise, pour réaliser des œuvres qui traversent le temps sans rouiller et ni perdre de leur superbe. Il travaille principalement sur l’idée de déplacement en général.

Pour Mich Mao, la matière n’est jamais morte. Elle bouge en permanence. Un objet peut avoir mille vies et nous raconter mille et une histoires. Et c’est bien là l’autre particularité des réalisations de ce sculpteur unique. Il y a l’émotion esthétique d’un volume, la beauté d’une courbe, la force d’une forme qu’on rêve de caresser, la beauté d’un mouvement suspendu… et, tout de suite après, l’histoire qu’on entend ou qu’on a envie de se raconter.

Les sculptures de Mich Mao ne sont pas que des nuages d’acier qui illuminent nos journées, ce sont des odes à la liberté, des traits d’humour dans la nuit, des phares contre l’obscurantisme et une invitation permanente au voyage. Ses oiseaux sont majestueux et plein d’humour, attachants et élégants, ils semblent poser sur le monde un regard malicieux.

Portrait d’artistes: Liv Chun

Scénographe & Costume Designer diplômée de la prestigieuse Académie de Danse de Pékin, Liv Chun est également Fashion Designer, artiste peintre et illustratrice. Elle est basée en France depuis 2015. Professionnelle du théâtre et du cinéma, elle a déjà collaboré avec de nombreux artistes de renom tels que le créateur de costumes Roger Kirk, ou encore des acteurs tels que Nicolas Cage et Hayden Christensen.

Ses œuvres

Liv accomplit la morale de son art au travers de la transformation de différents motifs, amenant le spectateur à la réflexion. Elle aime aussi jouer avec la souplesse de l’espace dans la mise en scène de ses créations.

Son inspiration vient du rêve, de la science naturelle, de l’histoire humaine, du surréalisme et de ses voyages à travers le monde. Ces multiples inspirations apportent différents thèmes à son travail. Néanmoins, le théâtre en est toujours le ressort principal ; une source importante d’inspiration et d’expériences spirituelles, à la fois en tant que spectateur et designer.

Ses œuvres ne tentent pas de recréer la réalité. Elles mêlent surréalisme et signification profonde. C’est une étude du monde, de la nature humaine, des émotions, des humeurs et de la sensualité. Cette observation constante influence directement les sujets de ses créations, qui racontent toutes une histoire.

Outre les outils traditionnels tels que le crayon et l’aquarelle, Liv aime mélanger différents matériaux pour créer ses œuvres, comme les feuilles d’or, l’encre de chine, le criterium, le pastel, le stylo, etc…

Contact : livchundesign@yahoo.com
Site Web : https://www.livchundesign.com/?lang=fr
Facebook : https://www.facebook.com/livchundesign/
Instagram : @livchundesign
Twitter : @livchundesign

 

Ateliers pédagogiques dans le cadre de l’exposition « Métamorphoses »

ATELIERS ARTISTIQUES DANS LE CADRE DE L’EXPOSITION MÉTAMORPHOSES

DU 23 MARS AU 19 MAI 2019

Comme lors de chaque exposition, nous animons, dans le cadre de « Métamorphoses », des ateliers artistiques. Nous proposons aux scolaires de réaliser une petite sculpture murale à partir d’objets de récupération. Bouchons en plastique, en liège, capsules, boutons pourront être ainsi mis en valeur et même être utiles. Chaque participant repartira avec sa composition. Ces ateliers peuvent être précédés ou suivis d’une visite de l’exposition, guidée par un médiateur qui vous expliquera les démarches artistiques des plasticiens, et amènera les élèves à verbaliser leurs sensations devant les œuvres présentées.

 

 

Infos pratiques :

Adresse: Le Bout du Pont 56200 La Gacilly

Service éducatif : Marie Thorel et Marion Didier

Contact: lapasserelle@oust-broceliande.bzh | 02 99 08 21 75 | 02 99 93 47 57

Tarif visite guidée de l’exposition : Gratuit

Tarif atelier artistique : 3 € / enfant. Gratuit pour les enseignants et accompagnateurs.

Accueil sur réservation

 

Appel à projets – exposition métiers d’art 2019

LA PASSERELLE, pôle culturel de l’Oust à Brocéliande communauté, valorise l’expression artistique toute l’année avec une programmation composée d’expositions, d’actions pédagogiques, d’ateliers de sensibilisation… Véritable lieu vivant consacré aux arts plastiques et aux métiers d’art, LA PASSERELLE souhaite proposer une lecture des savoir-faire locaux, régionaux, nationaux et internationaux. A l’occasion de sa programmation annuelle, le dernier trimestre est réservé aux métiers d’art avec la mise en place d’une exposition thématique, présentant les créations répondant au présent appel à projet.

L’exposition se déroulera du 12 octobre au 29 décembre 2019 . Si vous êtes un professionnel métiers d’art, voici le thème retenu pour 2019 : « T[eau] ou T[art] ! »

« On associe souvent les Métiers d’Art aux différents éléments qui nous entourent. Le Feu avec les arts du feu, la Terre avec la céramique, l’Air avec le papier et l’Eau avec…
C’est ce que propose cette exposition. D’associer cet élément vital qu’est l’eau aux métiers d’art et de la création. Vitale pour nous tous et indispensable pour transformer la matière, pour la façonner, pour la valoriser et ainsi lui donner toute la noblesse qu’elle mérite. L’eau, c’est le lien. Ce lien qui relie les hommes et les femmes, les bourgs et les villes, les cultures et le patrimoine.
L’eau, c’est aussi le symbole. Symbole de pureté, de transparence, de calme et de force. Et enfin, l’eau c’est la vie. C’est la fraicheur des rencontres, le plaisir des moments partagés et le bonheur d’être ensemble »

Les candidatures pour cette exposition « T[eau] ou T[art] ! » doivent parvenir au plus tard le 05 mai 2019.

Tout le détail de l’appel à projet: Appel a Projet-LaPasserelle

 

Portrait d’artistes: Patrick Nicol

Ses œuvres

Ses réalisations picturales sont toutes des œuvres pourvues de fixation sur des supports rigides. Il procède par une technique d’accumulation où chaque élément est collé, cloué ou vissé sur le support en CP. Les divers éléments sont laissés autant que possible dans leur état naturel après un travail de restauration. Ils peuvent être retaillés selon les nécessités de la composition. Les supports (le fond) peuvent être peints ou recouvert d’un enduit.
Les sculptures sont réalisées essentiellement avec du bois d’épave en chêne ayant effectué un long séjour dans la vase. Ces matériaux sont choisis pour leur forme qui suggère la figuration future (personnage ou animal) pour éviter une taille excessive. Ils peuvent être associés à des métaux ou d’autres matériaux qui proviennent également du milieu marin. La plupart des sculptures sont montées sur socle.
Patrick réalise également des « Demoiselles du vent ». Il s’agit de mobiles constitués d’un axe (un poteau de bouchot) au sommet duquel pivote une sorte d’aile légère (2 gorgones collées tête-bêche).

 

 

Son parcours

Patrick a suivi un parcours universitaire qui a abouti à une maîtrise en histoire de l’art et archéologie à l’université de Poitiers. Il y a ajouté une expérience concrète par quelques cours techniques aux Beaux Arts mais c’est surtout dans le cadre de son enseignement des arts plastiques pour l’éducation nationale qu’il a développé son art et ce,pendant une trentaine d’année. La démarche artistique et les techniques qui sous-tendent son travail actuel sont essentiellement autodidactes et basées sur une pratique personnelle. Très rapidement, il délaissé les techniques picturales traditionnelles pour s’intéresser à la matière et aux matériaux  de récupération. Mais son parcours artistique n’a pris du sens que lorsque qu’il associe à sa passion le milieu marin dans lequel il vit. C’est au gré des collectes de divers matériaux issus de cet univers que s’est affiné sa sensibilité et les techniques pour les mettre en œuvre. De son travail se dégage un souci constant de privilégier la métamorphose des matériaux marqués par leur séjour marin. Patrick essaie de distinguer les traces de ragage, les meurtrissures, les dégradations de l’objet initial et surtout les multiples couches de couleurs des bois de bateaux.

Dans une partie de ce travail je me contente de mettre en exergue ces matériaux pour leur qualité plastique intrinsèque sans souci de figuration.

Dans une autre partie, plus figurative, je laisse libre cours à mon imaginaire pour raconter des histoires improbables de gens de mer

« Pas de discours métaphysique, pas de message culturel ou sociétal. Juste partager ma façon de voir et de ressentir cet environnement avec parfois un soupçon de poésie, d’humour ou de nostalgie »

 

Portrait d’artistes: Emmanuelle Foucaud

Ses oeuvres

Céramiques contemporaines en porcelaine et grès noir inspirées du monde végétal, marin et minéral.
Le travail d’Emmanuelle Foucaud lui permet de jouer de la translucidité de la porcelaine et des contrastes visuels entre force et agilité.
Pièces uniques ou collections de séries limitées dans un esprit contemporain pour la décoration intérieure qui s’inscrivent dans la préciosité, la délicatesse, le raffinement et l’exigence esthétique.
Emmanuelle Foucaud associe avec audace deux terres de hautes températures : la porcelaine et le grès. Ce mélange, associé au soin du détail et de la ligne, confère à ses sculptures un style actuel élégant et poétique.

Son parcours

Née en 1971 en Bretagne, la pratique artistique a toujours fait partie de sa vie (enfant : cours de dessin et peinture, puis adulte, école des Beaux Arts de Nantes et autres ateliers en cours du soir.).
Happée par sa passion pour la couleur, elle lâche son métier d’ingénieur en agro alimentaire pour se former au métier de Peintre Décoratrice Coloriste. Elle crée alors sa propre entreprise. Elle réalise alors des murs uniques pour ses clients où elle superpose enduits de chaux structurés et patines de peintures irisées et pailletées. Chaque espace étant conçu en termes de matière et de dosage de la couleur.
Parallèlement, soucieuse de travailler aussi les volumes, elle prend le chemin d’un atelier de modelage de la région Nantaise. La rencontre avec la terre est un coup de foudre. Elle décide donc d’aller plus loin et d’entreprendre une formation professionnalisante auprès de Matthieu Liévois. Différents stages de raku et de porcelaine papier lui font découvrir la terre par le ressenti. Et très attirée par l’univers de la création, elle décide de monter son propre atelier.
Elle est adhérente de la fondation Ateliers d’Art de France, Institution qui reconnaît et révèle la Créativité, le dynamisme, la vitalité et la qualité du travail des Artisans d’Art.